PLAV1 2010/2015

Des objectifs quasiment atteints et un taux d'engagement important des agriculteurs

Une efficience difficilement mesurable

 

L'impact du PLAV1 en termes de qualité de l’eau est encore modeste à ce stade et surtout difficile à évaluer :

 

Le délai moyen de réponse des milieux est estimé à 5 ans et les fruits du PLAV1 ne seront réellement récoltés qu'au cours du PLAV2.

 --> Pour ces raisons, les objectifs du PLAV2 seront appréciés à l’horizon 2027.

 

Les actions préventives n'ont pas duré 5 ans : le temps de rédiger, négocier et valider les chartes de territoires, certaines chartes n’ont été signées qu’en 2013 et il a encore fallu entre un an et dix-huit mois pour mettre en œuvre les mesures adoptées.

 --> La majorité des agriculteurs est déjà engagée pour le PLAV2 et les actions ont pu démarrer immédiatement.

Difficulté à différencier les résultats du PLAV des autres programmes :

- Certaines baies comme la Lieue de Grève montrent déjà des baisses de nitrates significatives, mais c’est aussi lié aux actions entreprises dès les années 2000 avec les programmes Bretagne Eau Pure et Prolittoral.

- Les actions contractuelles du Plan de lutte contre la prolifération des algues vertes complètent les dispositions réglementaires des programmes d'actions régionaux issus de la Directive nitrates, qui s'appliquent à toute la Bretagne.

 

 

Baisses de flux et de taux d'azote

 

En moyenne les pressions d’azote des exploitations engagées ont diminué de -2 à -11 kg par hectare de SAU et par an.

L'objectif fixé était d'atteindre en 2015 30% de l'effort à fournir sur chaque cours d'eau, par rapport à l'objectif de 10 mg/L d'azote (valeur définie par le comité scientifique pour observer une réduction sensible de la production algale).

 

Le bilan des concentrations de nitrates Q90 réalisé en juin 2015 par l’AELB et la DREAL Bretagne montre une baisse généralisée des concentrations des cours d’eau des baies algues vertes en nitrates. Globalement elle a diminué de 22% avec une moyenne de 38,6 mg/L.

  • 11 des 16 cours d'eau ont atteint leur objectif à plus de 80%, dont 6 qui l'ont dépassé (la Fresnaye, Saint-Brieuc  et Guissény)

  • La baisse est plus rapide pour les cours d'eau affichant initialement les plus mauvais résultats. Les résultats pour ces cours d’eau sont entre 30 à 65% de l’objectif 

  • A l'inverse avec des valeurs initialement basses, les gains sont plus difficiles à atteindre (cas du Yar à la Lieue de Grève qui stagne à 31/30 mg/L).

Si la concentration moyenne Q90 des baies algues vertes est plus élevée que la moyenne des cours d'eau bretons (38,6 mg/L contre 31,8 mg/L ), la baisse des nitrates est toutefois plus importante dans les baies algues vertes (- 10% entre 2010 et 2015) que sur l'ensemble de la Bretagne (- 8% entre 2010 et 2015).

Ecart de la concentration entre 2007-08 et 2014-15 : Q90 en mg N03 / L

Baisse réalisée

Baie de la Forêt

Baie de Douarnenez

Baie de Quillimadec - Alanan

Baie du Douron

Baie de l'Horn-Guillec

Baie de la lieue-de-Grève

Baie de Saint-Brieuc

Baie de la Fresnaye

Objectif visé 2015

Objectifs d'engagement des agriculteurs

Les objectifs, spécifiques à chaque territoire, étaient ambitieux : 80 à 90 % des exploitants engagés dans le PLAV ou 70 à 80% de la Surface Agricole Utile (SAU).

Une dynamique s’est affirmée progressivement au cours du PLAV1.  64 % des agriculteurs des baies ont signé un engagement dans le cadre du PLAV (représentant 72 % de la SAU - surface agricole utile), engagement portant sur des évolutions concernant leurs pratiques agricoles. Le chiffre de 64 % est élevé (le taux de pénétration de structures institutionnelles telle que les chambres d'agriculture est évalué par exemple en moyenne à 20-30 % de la population agricole).

Etat des diagnostics et des exploitations engagées par baie