Algues vertes : un phénomène complexe et long à endiguer 

Les 8 baies concernées par le Plan de Lutte

contre les Algues Vertes

8

7

1

2

3

4

6

5

1. Baie de Fouesnant

2. Baie de Douarnenez

3. Anse de Quillimadec Alanan

4. Anse de l'Horn-Guillec

5. Anse de Locquirec

6. Baie de la Lieue-de-Grève

7. Baie de Saint-Brieuc

8. Baie de la Fresnaye

Actualités

03/05/2018

Des échouages d’algues vertes particulièrement tardifs en 2018

LA SITUATION DE CE PRINTEMPS 2018 MET A NOUVEAU EN ÉVIDENCE LA TRÈS GRANDE SENSIBILITÉ DU PHÉNOMÈNE DE PROLIFÉRATION DES ALGUES VERTES AUX CONDITIONS CLIMATIQUES DE L'ANNÉE

1 / 1

Please reload

Baie de Quillimadec Alanan

En Bretagne, certaines baies connaissent des proliférations d’algues vertes depuis les années 70 avec la généralisation de l’agriculture intensive chargeant les cours d’eau en nitrates. Naturellement présentes dans la mer, les algues vertes prolifèrent quand elles rencontrent des conditions favorables (baies à fond sableux, eau de mer peu brassée, luminosité importante, etc.) couplée à une alimentation excessive en nitrates. Les échouages d’algues vertes sur les plages sont donc le symptôme visible d’un déséquilibre de l’écosystème naturel. Santé publique, environnement, tourisme : les impacts sont multiples.

Dès la fin des années 90, le programme Bretagne Eau Pure a été lancé pour lutter contre les pollutions diffuses. Etat, collectivités et agence de l’eau ont ensuite mis en place le programme Prolittoral qui visait avant tout à mieux comprendre le phénomène. Le Plan algues vertes, déclenché en 2010 suite à la mort d’un cheval en Lieue de Grève, s’est appuyé sur cette connaissance pour s’inscrire résolument dans une logique de lutte contre le phénomène sur les huit baies les plus touchées. En parallèle, toute la Bretagne s’est mise sur le pied de guerre pour reconquérir la qualité de son eau. Plan Nitrates, Breizh Bocages, durcissement des réglementations, etc. ont été plus particulièrement actionnés dans les huit baies. 1995, les cours d’eau concentraient 51,6 mg de nitrates par litre, en 2015 le taux était descendu à 33,6 mg  et 38 % des masses d’eau bretonnes étaient en bon état. 

A quand la fin des symptômes ?

Le chemin reste encore long à parcourir puisque le seul moyen de parvenir à une maîtrise des échouages est « d’affamer » les algues en azote et donc d’atteindre des concentrations en nitrates extrêmement basses,  en tenant compte de l'inertie des stocks accumulés au cours des 50 dernières années.  Cette condition doit en plus être conjuguée à un cycle météorologique favorable : un hiver à tempêtes dispersant les stocks d’algues vertes pour que la conjonction des ruissellements des pluies de printemps particulièrement riches en azote,  de la lumière et de la température d’eau de mer ne favorise pas l’eutrophisation et la prolifération des algues vertes comme cela a été le cas en 2017. La lutte pour  éradiquer  les algues vertes est donc clairement un objectif de long terme.

Le Plan Algues Vertes 1 (PLAV1)

piloté par l’Etat, la Région, les Conseils départementaux et l’Agence de l’Eau ont fait le choix de s’appuyer sur les acteurs de terrain, déjà chargés par les collectivités locales de la gestion des bassins versants. Ils leur ont confié le soin de rédiger les chartes de territoire identifiant les mesures à prendre et les acteurs à associer. L’investissement public a été à la hauteur de l’enjeu : 37 millions d’euros ont été engagés en 5 ans. De nombreux agriculteurs (représentant 70 à 80% de la surface agricole des baies) se sont aussi engagés à faire évoluer leurs pratiques pour atteindre les objectifs en termes de bilan azoté.

Ce PLAV1 a démontré que l’azote est bien le seul facteur de maîtrise du phénomène et que l’éradication des algues vertes passera par la reconquête de la qualité de l’eau.  Les concentrations en nitrates ont baissé dans toutes les baies à algues vertes, parfois de façon considérable ! Un objectif de résultat a été fixé à toutes les baies : franchir, en 2015, 30% du chemin à parcourir pour atteindre un objectif de 10 mg de nitrates /L dans chaque cours d’eau (soit un très bon état écologique). La quasi-totalité des cours d’eau a atteint au moins cet objectif, et l’amélioration des pratiques agricoles est mesurée par un suivi de la teneur en azote prélevée dans les parcelles agricoles des huit baies.

Le Plan Algues Vertes 2 (PLAV2)

récemment lancé est en cours jusqu’à 2021. Il met l’accent sur les moyens de lutte personnalisés et adaptés à chaque baie pour mieux maitriser les fuites d’azote tout en renforçant un levier économique, puissant vecteur de changement, pour développer de nouveaux débouchés agricoles et favoriser la viabilité économique des exploitations: approvisionnement de cantines, circuits courts, élevage sur herbe, unité de déshydratation de luzerne, introduction de solutions innovantes, etc.

Le PLAV2  vise l’éradication totale des marée vertes en 2027 et  est l’un des principaux enjeux  du projet « Baie 2027 » qui va au delà de la maîtrise des algues vertes : lutte contre le ruissellement et l’érosion des sols, limitation des teneurs en pesticides des eaux, réduction des rejets liés à l’assainissement, préservation des zones humides etc.