Baie de Douarnenez

Dans le Finistère, la baie de Douarnenez s’étend sur plus de 16 kilomètres et est alimentée par 17 784ha de bassins versants qui impliquent 20 communes. Baignée par la mer d’Iroise et exposée aux vents d’Ouest, la baie est cependant relativement fermée par l’avancée de la presqu’île de Crozon. La particularité de son bassin versant est d’être traversé par 21 cours d’eau. 

Surface du bassin versant algues vertes : 28 246 ha

Surface agricole utile totale :  17 215 ha

dont X% de concernés par le PLAV 

348 exploitations  agricoles

Amélioration de la qualité de l'eau

De 2013 à 2016, le plan de lutte contre la prolifération des algues vertes a permis de diminuer les flux d’azote d’origine agricole de 198 tonnes. Actuellement, les taux de nitrates oscillent entre 15 et 35 mg/litre d’eau, l’objectif de ce nouveau plan d’action est d’atteindre en permanence les 15mg/l, ce qui est estimé à une diminution de 100 tonnes de flux d’azote d’ici à 2021. Les différents acteurs du PLAV s’engagent donc, à travers les différentes actions, à restaurer, préserver et améliorer la qualité des eaux de la baie de Douarnenez.

Evolution du taux de nitrates en baie de Douarnenez : Q90 mg/L

Signatures des différentes chartes

Si le PLAV1 a été lancé en février 2010, la signature de charte de Territoire de la baie de Douarnenez n’a eu lieu qu’en 2013.

PLAV2 : signature de la charte de Territoire en avril 2018

L'engagement des agriculteurs

Plus de 70% des exploitations agricoles ont fait le choix de faire un diagnostic individuel de leur exploitation, ce qui représente 287 diagnostics-projets. A la suite de cela, 151 exploitants ont poursuivi la démarche et ont signé le CEI (contrat d’engagement individuel), soit près de 40% des exploitations de la baie de Douarnenez.

L’objectif d’ici 2027 est d’atteindre la participation d’au moins 50% des agriculteurs.

Azote et qualité de l'eau

Sur les 21 cours d’eau alimentant la baie de Douarnenez, 8 contribuent à l’apport de flux d’azote dans la baie dont le Lapic à hauteur de 17%, le Kerharo et le Ris-Nevet chacun à hauteur de 16%, et le Stalas à hauteur de 12%.

Moyens de lutte mis en oeuvre 

Volet agricole :

Accompagnements individuels et collectifs des agriculteurs volontaires par des prescripteurs locaux agréés (ALTEOR Environnement, Chambre Régionale d’agriculture, CAPINOV, GAB29, CER29, BCELO).

 

Le volet curatif comprend différentes actions dans la  continuité du premier plan : agronomie et optimisation de la fertilisation, développement des systèmes herbagers et gestion extensive des surfaces en herbe, rotations de cultures, optimisation des pièges à nitrates, gestion des effluents d’élevage, valorisation économique des produits agricoles, et actualisation de diagnostics individuels.

Volet milieux naturels :

Réhabilitation des fonctions hydrauliques des zones humides de manière à ce qu’elles puissent contribuer à la réduction des fuites d’azote par la restauration de leurs fonctions épuratoires. Au cours du premier plan, 18.2 hectares de zones humides ont été restaurés. L’objectif cette fois-ci est de réhabiliter 50ha de zones humides, soit 10 à 12 ha par an. Ces projets sont menés dans un cadre volontaire: une concertation est menée avec les propriétaires, les exploitants agricoles des parcelles et aboutit ou non à une convention de partenariat entre la collectivité et les riverains permettant d’établir des engagements de chacun.

 

Limitation des ruissellements directs dans les cours d’eau en restaurant le maillage bocager sur les bassins versants.

Volet foncier : Pour faciliter les changements de pratiques agricoles, une stratégie foncière est mise en place sur le territoire de la baie de Douarnenez. Une cellule foncière locale permet aux différents acteurs de se concerter pour échanger ou transmettre des parcelles en réalisant une veille foncière en partenariat avec la SAFER Bretagne et la Région Bretagne.

Volet tranversal :

Mise en place d’un réseau de suivi des eaux de surface et souterraines pour vérifier la qualité de l’eau : les années paires, les 8 cours d’eau les plus contributeurs de flux de d’azote seront suivis à une fréquence de prélèvement bi mensuelle sur la période d’octobre à avril et hebdomadaire de mai à septembre. Les années impaires, tous les cours d’eau du bassin versant seront suivis selon le même protocole. Les eaux souterraines quant à elles seront suivies deux fois par an.

Mise en œuvre de bonnes pratiques de fertilisation des espaces publics et jardins (particuliers et collectivités).

-Observatoire de réhabilitation des assainissements non collectifs.

Contact

Établissement public de gestion et d'aménagement de la Baie de Douarnenez

Le Pavillon - La Clarté 

29100 KERLAZ

Tel : 02 29 40 41 24

Mail : pole.prevention@epab.fr