Les algues vertes, une des manifestations de l’eutrophisation*

L'azote est le facteur de contrôle des proliférations des ulves en eau de mer

 

Témoin visuel du déséquilibre de l’écosystème côtier dû à un excès de nutriments, la prolifération des algues vertes est une des manifestations de l’eutrophisation du milieu. La croissance très rapide des algues vertes peut cependant être contrôlée en les privant de leurs deux principaux éléments nutritifs : l’azote (N) et le phosphore (P). Le phosphore étant naturellement présent en excès sur le très proche littoral où il est stocké en abondance et très facilement relargable, les travaux scientifiques ont très tôt démontré qu’il ne peut être le facteur de contrôle de la croissance des algues.Dans le cas des proliférations d’ulves, c'est donc l’azote qui est le facteur de contrôle de la croissance des algues vertes.

L’eutrophisation des milieux aquatiques est un déséquilibre du milieu provoqué par l'augmentation de la concentration d’azote et de phosphore dans ce milieu. Elle est caractérisée par une croissance excessive des plantes et des algues due à la forte disponibilité des nutriments

Quillimadec-Alanan ©D.Nguyen Duc Long

En hiver, la lumière et la température ne permettent pas la croissance importante des algues vertes et la houle disperse progressivement celles présentes à l’automne. Au printemps, les conditions de lumière et de température favorisent progressivement la croissance des algues vertes grâce à un contexte nutritionnel favorable : débit des cours d’eau encore élevé, excèdent d’apport d’azote durant l’hiver et le printemps, etc.

En cas d’hiver très dispersif avec tempêtes, on observe alors un démarrage retardé des proliférations comme c’est le cas en 2018. A l’opposé, en cas d’hiver très calme la prolifération démarre très tôt comme en 2017.

Variations inter-annuelles par saisons

La saisonnalité des marées vertes

Dans les systèmes non eutrophisés, durant l’été les ulves sont limitées dans leur croissance par l’azote puisqu’à cette période, cet élément apporté en excédent en hiver puis au printemps, a été absorbé par le bloom phytoplanctonique de printemps et que les cours d’eau voient leur débit (donc les flux d’azote) fortement diminuer au fil des mois jusqu’en été. Dans les baies eutrophisées, ces limitations de la croissance par l’azote sont plus ténues et réduites dans le temps : l’enrichissement en azote retarde et diminue l’effet de limitation « naturelle » par l’azote.

L’importance des flux d’été joue par contre déjà de façon perceptible sur certaines baies en entrainant, en cas de flux bas des proliférations faibles en fin d’été, et a contrario des proliférations restant intenses en cas d’été pluvieux….