Territoires mobilisés

Baie de la Lieue de Grève

La Lieue de Grève est l’une des premières baies à avoir été touchée par les marées vertes et à être entrée dans la lutte contre la prolifération des algues vertes. De ce fait, c’est l’une des baies à avoir le plus abaissé le taux de nitrates de ses cours d’eau (22 à 23 mg/l en moyenne pour le Yar), le portant en dessous de la moyenne régionale. Malheureusement, ce taux n’est pas encore suffisamment bas, puisque la baie connaît toujours des échouages d’algues vertes. C’est la mort d’un cheval sur la plage de la Lieue de Grève en 2009, qui a déclenché le « Plan gouvernemental de lutte contre la prolifération des algues vertes ».

La baie cumule tous les facteurs favorisant le développement des algues vertes :  baie plate, semi-fermée, de faible profondeur même à marée haute, eau claire sans turbidité favorisant la pénétration de la lumière. Les nitrates, leur élément nutritif est principalement apporté par deux cours d’eau : le Yar et dans une moindre mesure par le Roscoat. A chaque printemps, des quantités importantes d’algues vertes se développent à partir du stock résiduel de l’année précédente resté en sortie de baie durant l’hiver. Le très faible brassage ne permet pas la dispersion hivernale observée dans d’autres baies, maintenant un haut niveau de prolifération algale.

0
ha
surface du bassin versant algues vertes
0
ha
surface agricoleutile totale
0
%
surface concernée par le PLAV
0
exploitations agricoles

L'engagement des agriculteurs

Dans le cadre du premier PLAV, 77% des surfaces agricoles utiles ont fait l’objet d’un engagement par une charte individuelle. L’objectif du PLAV2 est de contractualiser au minimum 80% des surfaces agricoles utiles.

Azote et qualité de l'eau

La baie de la Lieue de Grève possède 5 rivières : Kerdu, Quinquis, Traou Bigot, Roscoat et Yar. Deux de ces cours d’eaux sont les principaux contributeurs de flux d’azote dans les eaux de la baie : le Yar à hauteur de 65% et le Roscoat à hauteur de 20%. C’est donc sur ces cours d’eau que se concentre l’essentiel des efforts initiés dans le cadre du PLAV.

Actions mises en oeuvre

Optimisation de la couverture des sols

Augmentation de la surface plantée (herbe, culture sous couvert, etc.) des exploitations agricoles de manière à couvrir le sol efficacement toute l’année pour diminuer les fuites d’azote et permettre aux agriculteurs de nourrir leurs troupeaux sans dépendre d’achats extérieurs. Identification des leviers technico-économiques de l’augmentation de la surface en herbe et accompagnement à la mise en place.

–> Résultats encourageants : augmentation de 4% de la SAU en prairies et réduction des entrées azotées de 6kg/ha/an

Maintien d'une agriculture rémunératrice et génératrice d'emplois via le dispositif de la "boucle vertueuse"

Valoriser l’implication des agriculteurs avec un dispositif « gagnant-gagnant » permettant de leur accorder des points en fonction de leurs actions qui seront convertibles en prestations ETA pour réaliser certains travaux agro-environnementaux

Stratégie

– Accompagnement technico-économique individuel (évolution ou changement de pratiques) pour l’ensemble des agriculteurs

– Dispositif « gagnant-gagnant » accessible à partir d’un niveau seuil d’engagement et réservé aux engagements les plus prononcés.

– Stratégie autour du foncier pour favoriser le regroupement parcellaire (réserve, échanges)

– Valorisation locale des produits agricoles.

– Augmentation du nombre d’exploitations en agriculture biologique