Ressources

Questions-réponses

Comprendre

D'où viennent les algues vertes ?

Les algues vertes sont de grandes algues marines (du genre Ulva), communément appelées «laitues de mer» en raison de leur aspect et parce qu’elles sont comestibles. Elles sont naturellement présentes sur le littoral Atlantique et sur celui de la Manche. Elles sont fixées sur les roches mais peuvent être arrachées lors de tempêtes et se développer entre deux eaux.

Elles ne présentent aucun danger pour la santé lorsqu’elles sont en mer ou déposées depuis peu, en faible épaisseur, sur le littoral.

Qu'est-ce qu'une marée verte et comment se forme-t-elle ?

Un développement excessif des algues vertes peut provoquer des échouages importants sur les côtes, communément appelés « marées vertes ». Ces développements excessifs se forment dans des zones où l’eau est peu profonde, peu agitée et surtout riches en azote et phosphore (éléments nutritifs indispensables à la croissance des algues, apportés par les rivières jusqu’à la mer). Ces échouages peuvent survenir dans des baies sableuses ou sur vasières.

La Bretagne est confrontée à ce phénomène depuis les années 1970.

Peut-on prédire les marées vertes ?

Les mécanismes d’apparition de marées vertes sont complexes. Ils sont liés à la forme du littoral, aux apports en nutriments (azote et phosphore), ainsi qu’aux conditions météorologiques : ensoleillement, température, pluviométrie, tempêtes hivernales, courants marins, marées… De ce fait, l’importance des échouages varie de manière importante d’une année sur l’autre.

Il est donc difficile d’anticiper l’ampleur les marées vertes avec certitude. Cependant, le suivi de l’évolution des stocks d’algues présents dans la mer au cours de l’hiver peut permettre de prévoir la précocité des échouages au printemps avec une certaine précision.

Prévenir

Les algues vertes sont-elles toxiques ?

Les algues vertes sont présentes naturellement sur les côtes bretonnes et sont comestibles. Elles ne représentent aucun danger pour la santé lorsqu’elles sont en mer ou déposées depuis peu, en faible épaisseur, sur la plage. En revanche, en cas d’accumulation importante, leur décomposition produit des gaz dangereux pour l’homme comme pour les animaux.

En séchant et en se décomposant, elles génèrent des poches de gaz toxique à haute concentration : le sulfure d’hydrogène (H2S). Si cette poche est percée, l’émanation du gaz présente un risque réel pour la santé. Les effets aigus de l’inhalation de ce gaz toxique peuvent aller d’une simple gêne (odeurs, picotements des yeux et du nez) à un malaise grave, voire à l’arrêt cardiaque dans des cas extrêmes.

Agir

Comment agir pour réduire les marées vertes ?

On sait désormais que la réduction des flux de nitrates vers le littoral est le principal levier d’action contre la croissance excessive de ces algues, les autres facteurs étant liés aux conditions météorologiques et à la forme du littoral.

Les nitrates étant essentiellement d’origine agricole, les actions conduites visent à accompagner les agriculteurs et les acteurs locaux vers des pratiques et des systèmes agricoles limitant les fuites d’azote vers les cours d’eau.

Quelles teneurs en nitrates faut-il atteindre pour voir disparaître les marées vertes ?

Les teneurs en nitrates à atteindre pour réduire la prolifération des algues vertes dans les eaux littorales des baies bretonnes sont très inférieures aux normes de potabilité de l’eau (l’eau doit contenir moins de 50 mg/litre de nitrates pour être potable).

Des objectifs ont été fixés pour 2027, différents dans chacun des huit territoires concernés en fonction de leurs spécificités propres. ces objectifs sont compris, selon les sites, entre 10 et 25 mg/litre en moyenne.

Le plan de lutte

Quelles sont les mesures mises en oeuvre dans le cadre du Plan de lutte contre les algues vertes ?

L’Etat, le conseil régional de Bretagne et l’Agence de l’eau Loire-Bretagne coordonnent, en partenariat avec les conseils départementaux et les collectivités des territoires bretons les plus concernés par le phénomène des algues vertes, un plan de lutte contre la prolifération des algues vertes (PLAV).

Ce plan a pour objectif de :
– assurer la sécurité des personnes, grâce au ramassage des algues échouées et à leur traitement
– améliorer la connaissance du phénomène
– prévenir le développement excessif des algues en réduisant les fuites d’azote vers les cours d’eau.