Territoires mobilisés

Baie du Douron

Entre le Finistère et les Côtes d’Armor, l’anse de Locquirec correspond au bassin versant du Douron et du Dourmeur, soit près de 30 km de cours d’eau principaux et 150 km de cours d’eau secondaires.

Voisine de la baie de la Lieue de Grève, l’anse de Locquirec fait également partie de la baie de Lannion et est aussi touchée par les échouages d’algues vertes. Plus de la moitié de son bassin versant est occupée par des surfaces agricoles. Son agriculture est principalement axée sur l’élevage bovin lait (mixte ou spécialisé).

0
ha
surface du bassin versant algues vertes
0
ha
surface agricoleutile totale
0
%
surface concernée par le PLAV
0
exploitations agricoles

Baie 2027 : améliorer la qualité de l'eau

L’anse de Locquirec, comme celle de la Lieue de Grève fait partie de la baie de Lannion. Elle comprend deux cours d’eau principaux apportant les flux d’azote : le ruisseau du Dourmeur et la rivière du Douron. Les efforts principaux pour réduire les flux d’azote d’origine agricole se concentrent sur ce dernier afin d’atteindre un taux de nitrates inférieur à 25 mg/L en 2021 (Q90), contre 29 mg/L sur la campagne hydrologique 2016-2017.

L'engagement des agriculteurs

Sur 180 exploitations ayant plus de 3ha sur le bassin versant du Douron-Dourmeur (32 rattachées au projet du Comité de bassins versants de la Lieue de Grève et 148 à celui du Syndicat Mixte du Trégor), 82 exploitations ont signé un Contrat d’Engagement Individuel. Elles représentent 3990 ha de surface agricole utile (SAU) du bassin versant.

Azote et qualité de l'eau

L’enjeu de l’évolution de la qualité de l’eau de l’anse de Locquirec a été d’abaisser le taux de nitrates. Grâce aux différentes actions, une baisse rapide des apports en azote a été observée : 288 tonnes de flux sortant d’azote contre 434 tonnes à l’issue du premier PLAV. L’objectif du PLAV 2 est de viser un flux sortant de  230 tonnes en 2021.

Actions mises en oeuvre

Volet agricole

L’objectif fixé en termes de nitrates est d’abaisser de 20 % les flux d’azote à l’horizon 2021. La stratégie est fondée sur un accompagnement individuel des exploitations, une approche compatible avec le nombre d’exploitations présentes sur le bassin. Le plan d’actions prévoit aussi la reconduction du dispositif de la  « boucle vertueuse » qui a été un facteur déterminant de l’implication et l’engagement des acteurs du bassin versant dans le premier plan de lutte contre la prolifération des algues vertes.

L’accompagnement individuel vise à définir des projets et des objectifs d’évolution des pratiques ou du système de production. Ces derniers sont ensuite consignés dans un contrat d’engagement individuel.

Un large panel de leviers peut être mis en œuvre : changement des pratiques de fertilisation azotée, changement de système de production, réaménagement du parcellaire agricole, reconstitution du bocage, maintien des zones humides…

Volet milieux naturels

Morlaix Communauté réalise des travaux de création et d’entretien de talus nus ou plantés, de restauration et d’entretien des zones humides, d’installation de systèmes d’abreuvement et d’arches de franchissement des cours d’eau.

Volet non agricole

Contrôle des assainissement, collectifs et individuels : mise en conformité des installations défectueuses par Morlaix Communauté.

Entretien spécifique des bords de routes : le traditionnel broyage laisse sur place des débris végétaux dont la décomposition contribue à l’enrichissement en azote du milieu. Une expérimentation de broyage avec aspiration va être menée en partenariat avec le conseil départemental du Finistère.