Prévenir

Les risques liés aux marées vertes

Les algues vertes ne représentent aucun danger pour la santé lorsqu’elles sont en mer ou déposées depuis peu, en faible épaisseur, sur la plage. En revanche, en cas d’accumulation importante, leur décomposition au soleil produit des gaz dangereux pour l’homme comme pour l’animal. Marcher sur ces tas d’algues représente un risque pour la santé. Les algues vertes sont donc ramassées systématiquement sur les plages.

Comprendre les risques

La putréfaction des algues vertes entraîne des risques dès qu’elles sont amoncelées en tas et qu’une croûte commence à se former en surface sous l’effet du soleil.

  • Au bout de 24 à 48 heures, les algues en décomposition sous cette croute fermentent en produisant du sulfure d’hydrogène (H2S), un gaz potentiellement mortel pour l’homme comme pour les animaux.
  • Crever la croûte ou marcher sur le tas d’algues libère subitement le sulfure d’hydrogène et représente un vrai risque pour la santé.
  • Les effets aigus de l’inhalation de ce gaz toxique peuvent aller d’une simple gêne (odeurs, picotements des yeux et du nez) à un malaise grave, voire à l’arrêt cardiaque dans des cas extrêmes.
  • Le degré de gravité dépend de la quantité de gaz libérée et de la proximité de la source, notamment pour les animaux et les enfants, plus proches du sol.
  • Plus on s’éloigne de la source des émanations, plus le risque diminue, même si l’odeur d’œuf pourri dégagée par l’hydrogène sulfuré représente une vraie nuisance.

Les algues vertes ne présentent aucun danger sur la majeure partie du littoral breton. Dans les zones concernées par des accumulations d’algues, le respect des consignes ci-contre permet d’éviter tout risque d’accident.

Consignes de sécurité

  • Ne pas approcher les chantiers de ramassage à MOINS DE 50 M
  • Ne pas circuler dans les zones où se trouvent des DÉPÔTS D’ALGUES signalés
  • Ne pas entrer en CONTACT avec les amas d’algues en cas d’accumulation importante sur les plages, les rochers ou dans les zones vaseuses
  • ne pas promener des ANIMAUX à proximité de zones d’échouage d’algues vertes

Bon à savoir

  • En partenariat avec l’Agence régionale de Santé (ARS), des panneaux d’information ont été installés le long des plages des 8 baies les plus susceptibles de connaitre des échouages importants d’algues vertes.
  • Le public y trouve toutes les informations sur les risques encourus et sur la conduite à tenir en cas d’échouages.

Les risques liés à l'exposition au H2S

Accidents ayant mis en cause les algues vertes

Septembre 2016
Un joggeur est retrouvé mort dans la vase de la baie de Saint-Brieuc. Le lien entre son décès et les algues vertes ou le sulfure d’hydrogène n’a pas été établi.

2011
36 sangliers ont été retrouvés morts dans la baie de Saint-Brieuc au cours de l’année. Les analyses réalisées ont montré que la majorité d’entre eux présentaient un taux élevé de sulfure d’hydrogène.

12 juillet 2008
Deux chiens meurent à Hillion (22) : cet évènement marque le début des suspicions de toxicité des gaz émis par les algues vertes en Bretagne.

22 juillet 2009
Un employé chargé du transport d’algues vertes ramassées meurt d’un infarctus après avoir déchargé des algues. La justice pénale a prononcé un non-lieu car les analyses médicales n’établissent pas de lien certain entre l’infarctus du transporteur et la présence d’algues vertes. En juin 2018, le TASS (Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale) a cependant reconnu le décès du chauffeur comme un accident du travail.

Juillet 2009
Sur la plage de Saint-Michel-en-Grève, un cavalier a perdu connaissance lors d’une promenade et son cheval est mort dans une vasière. Les analyses réalisées sur le cavalier et son cheval ont révélé une forte présence de sulfure d’hydrogène. L’Etat a été condamné le 21/7/2014 par la cour administrative d’appel de Nantes à indemniser le cavalier pour les préjudices subis, notamment la perte de son cheval.

CONTENUS COMPLÉMENTAIRES

LA MAÎTRISE DU RISQUE